What about sex(-addict) ?

Eh oui, l’addiction concerne aussi le sexe. Ce n’est pas uniquement dans les films, c’est aussi une réalité. Calme tes ardeurs jeune puceau, il n’y a rien de positif à être addict au sexe, bien au contraire, il s’agit d’une maladie !

D’ailleurs, être addict en général n’est pas une bonne chose que ce soit aux stupéfiants, à l’alcool etc.… Cela signifie que tu perds ton indépendance, donc ton libre arbitre et tu deviens dépendant ! Et ça mon Coco c’est pas cool !

 

Être sex-addict qu’est-ce que ça signifie réellement ?

C’est un besoin permanent, irrépressible, envahissant et excessif de sexe sous quelque forme que ce soit : vidéos pornographiques, masturbation, relations amoureuses compulsives, recours à la prostitution, rapports avec des partenaires multiples, pensées érotiques, voyeurisme ou encore propos ou gestes évocateurs…

Chez certains c’est un moyen de réduire leur l’anxiété et d’autres affects tels que la honte ou la dépression. Pour d’autres c’est une façon d’évacuer le stress, notamment pour les personnes occupant des postes à responsabilités, étant totalement investis dans leur métier.

Cette pathologie touche aussi bien les hommes que les femmes.

Internet a grandement facilité l’accès au sexe online. Presque anonymement, les dépendants peuvent assouvir leurs besoins, cachés derrière un écran, c’est ce que l’on appelle le cybersex.

 

Les conséquences d’une telle addiction ?

Hormis tous les risques d’infections sexuellement transmissibles (IST), l’addiction sexuelle peut être associée à des épisodes dépressifs, anxieux, à des difficultés relationnelles, des tentatives de suicides voire au suicide. La solitude s’installe. Elle provoque de la honte, de la culpabilité. Elle peut entraîner des pertes de confiance du conjoint ou du partenaire habituel et avoir pour conséquence une diminution des relations sexuelles puis de grosses tensions dans le couple.

Un addict sexuel pourra aussi avoir des co-addictions : tabac, alcool, drogues, jeux…

 

Comment soigner cette addiction au sexe ?

Il est d’abord essentiel de prendre conscience de sa dépendance et oser l’avouer. C’est sans doute l’étape la plus difficile vers la voie de la guérison, dans la mesure où la plupart des sex-addicts sont dans le déni.

Les premiers interlocuteurs sont le médecin généraliste et le psychiatre. Il est rare que le premier motif des consultations sur le sujet soit justement « l’addiction au sexe ». Le motif premier peut être un épisode dépressif caractérisé, une tentative de suicide, une autre addiction ou bien encore une maladie sexuellement transmissible.

Attention, il ne faut pas faire d’amalgame, les addicts ne sont pas des pervers c’est une réelle addiction qui se soigne, par une thérapie. Il existe des groupes de parole au même titre que l’alcool. Et certains patients peuvent même être admis dans des services d’ addictologie pour sevrage.

 

Du sexe OUI mais avec modération !

docadom.blog_article_sex-addict-2

Avec un usage équilibré le sexe est une grande source de bien-être, cela est dû à la sécrétion d’hormones durant l’acte qui ont des effets d’antidépresseurs et de tranquillisant.

Un mal de crane ??? Un petit coup de sexe est le tour est joué ! Ce n’est effectivement pas un mythe, ce n’est pas tout à fait l’acte sexuel mais plus précisément l’orgasme (alors oui, il faut déjà l’atteindre parce que simuler ne compte pas ! ^-^) qui libère de l’endorphine, hormone du bien-être.

Le sexe régulier permet aussi de pratiquer une activité sportive ! Oui oui, tu as bien entendu ! 10 minutes de sexe permettent de bruler jusqu’à 50 calories !

De plus, les éjaculations fréquentes abaissent les risques du cancer de la prostate alors faites-vous plaiz messieurs.

On pourrait passer la journée à t’énoncer tous les bienfaits du sexe tellement il y en a : meilleur sommeil, baisse des risques cardiaques, stimulation de ta libido. Tu peux même muscler ta vessie !

Mais bon le principal est de prendre son pied (en toute sécurité) !

On voudrait parfois te faire croire que pour être un bon amant, ou une bonne maîtresse, seules des connaissances techniques sont nécessaires. FAUX !

Car l’amoooouuuur, on le fait d’abord avec ce que l’on est, bien avant de le faire avec ce que l’on sait. C’est pour cela qu’être à l’aise avec sa sexualité et en phase avec son corps est important.

Partage cet article au plus grand nombre et qui sait… ça changera peut-être ta soirée ^_^