Quand la France voit Rouge(ole) : ce qu’il faut savoir sur la rougeole

Oyez oyez ! Le Morbilivirus est de retour ! Ok… mais c’est qui lui ? Lui, c’est le virus de la rougeole et il fait depuis quelques années de plus en plus de victimes sur notre sol (21 depuis 2008). Nous sommes en ce moment en pleine épidémie, alors prenez 3 minutes pour y voir clair sur cette pathologies infantile et maîtriser l’ensemble des infos essentielles.

 

La vaccination : c’est 2 doses… pour tout le monde !

On ne va pas y aller par 4 chemins. Oui ! Il faut absolument faire vacciner vos enfants et être vacciné. Avant l’arrivée du vaccin contre la rougeole, c’était près de 2 millions de personnes qui en mourraient chaque année. Donc armez-vous des carnets de santé de vos petits et vérifiez qu’ils sont tous à jour (les vaccins sont tout à la fin dans les dernières pages). Il faut compter 2 injections de ROR (vaccin contre Rougeole — Oreillons — Rubéole). Le plus fréquent est le PRIORIX® (il existe également le M-M-RVAXPRO ®). La 1ère injection doit avoir lieu au cours du 12ème mois et la seconde entre le 16ème et le 18ème mois.

Vos petits ne sont pas à jour ? Vous avez perdu les carnets de santé ? Et pour vous… qu’en est-il ? Voici la marche à suivre : toutes les personnes nées depuis 1980 doivent avoir reçues 2 doses de vaccin ROR. Si vous avez un doute, consultez votre médecin traitant sans tarder.

Sauf… pour les femmes enceintes !

Attention !!! Pas de vaccin ROR chez une femme enceinte !!! Vous êtes enceintes ou avez le projet d’avoir un enfant : consultez votre médecin.

 

Très faible risque de complication, mais très graves

La transmissions du virus se fait de manière aérienne entre 2 humains. Le signe le plus caractéristique est une éruption dite « morbiliforme » (on adore les noms barbares en médecine mais ça fait un truc savant que vous pourrez ressortir au Scrabble® ou au Trivial Poursuit®). En fait, il s’agit de tout petits boutons, qui apparaissent souvent d’abord sur la partie haute du corps pour descendre ensuite sur le tronc et les jambes. A noter que ces boutons ne grattent généralement pas l’enfant. Leur apparition est volontiers précédée d’un petit rhume et on constate souvent une fièvre élevée. Enfin, on note à l’intérieur de la bouche des petites tâches blanches : c’est le signe de Köplick (2ème mot savant… youpidou !). En l’absence de complication, le traitement se résume à du paracétamol (pour faire descendre la fièvre) et une bonne hydratation (essentielle pour votre enfant).

Dans l’énorme majorité des cas les symptômes disparaissent au bout de quelques jours sans aucune séquelle. MAIS… il existe un risque de complications très sévères. Notre message est donc toujours immuable : en cas de doute consultez rapidement votre médecin.

 

Se faire vacciner, c’est aussi protéger les autres

D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), en 2017 l’Europe a connu quatre fois plus de cas de rougeole qu’en 2016, causant le décès de 35 enfants. En effet, depuis quelques années, la couverture vaccinale (taux de vaccination dans la population) est en net recul. Alors gardez bien en tête que vacciner vos enfants et vos proches, c’est vous protéger, mais c’est aussi protéger les autres.

 

En cas de doute, consultez votre médecin.

Et si ce dernier ne peut vous recevoir : www.docadom.fr