Une singularité riche de différences

Le Saviez-vous ?

On ne dit plus autiste mais personne atteinte de troubles du spectre de l’autisme (TSA).

Ce trouble se caractérise par une grande variété de manifestations et d’expressions. Alors que le nombre de patients concernés ne cesse d’augmenter et que les possibilités de prise en charge piétinent, les professionnels de santé parviennent pourtant de mieux en mieux à comprendre la maladie.

 

Comprendre les troubles du spectre de l’autisme

On parle de TSA, car le terme d’autisme recouvre une réalité très large, très variée et très hétérogène. Chaque personne peut se situer à des degrés différents dans le spectre de l’autisme, selon la fréquence et l’intensité de ses particularités. Cette nouvelle terminologie, plus précise que « l’autisme », a l’avantage d’englober des pathologies telles que les troubles envahissants du comportement (TED) et le syndrome d’Asperger.

L’autisme n’est pas une maladie mentale mais une anomalie du développement neurologique qui se caractérise par :

  • Des difficultés de communication verbale et non verbale ;
  • Une altération des interactions sociales (entrer en contact et comprendre l’autre) ;
  • Un fonctionnement neurosensoriel et un mode de pensée différents de la « norme » ;
  • Des anomalies comportementales (activités répétitives, intérêts restreints parfois envahissants.

Peuvent s’ajouter d’autres spécificités :

  • Une déficience intellectuelle ;
  • Ou à l’inverse une intelligence hors-norme ;
  • Un talent dans un domaine particulier ;
  • Une attention aux détails ;
  • Des problèmes de sommeil.

Les TSA apparaissent généralement dès les premières années de la vie et touchent majoritairement les garçons (80%). Ces troubles envahissants toucheraient aujourd’hui 1 % de la population, soit environ 600 000 personnes en France.

 

Diagnostiquer les TSA

Bien que les premiers signes apparaissent souvent vers l’âge de 18 mois, un diagnostic clair n’est parfois possible qu’à l’âge de 3 ans, lorsque les retards de langage, de développement et des interactions sociales sont plus évidents.

Les signes d’alerte de l’autisme chez l’enfant sont entre autres :

  • Ne cherche pas l’objet que l’on vient de cacher ou ne réagit pas à son prénom à 12 mois ;
  • Ne montre pas avec le doigt à l’adulte ce qui l’intéresse à 18 mois ;
  • Ne sait pas dire spontanément plus de 10 mots à 24 mois ;
  • Perte de langage ou de compétences sociales quel que soit l’âge.

 

Traitements médicaux et prise en charge

A l’heure actuelle aucune guérison n’est possible mais de gros progrès ont été faits. Une variété de thérapies et d’interventions permettent d’en atténuer les symptômes et d’améliorer le quotidien des patients… et des proches.

Les recherches ont montré qu’un diagnostic et des interventions avant l’entrée à l’école donnent de meilleurs résultats. Comme le cerveau des jeunes enfants est encore en formation, une intervention précoce donne de meilleures chances aux enfants de développer tout leur potentiel et peut faire une grande différence dans la vie de plusieurs enfants atteints. Cependant, il n’est jamais trop tard pour intervenir et les traitements seront bénéfiques peu importe l’âge des personnes diagnostiquées.

Les enfants atteints d’autisme et de TED nécessitent une prise en charge médicale, paramédicale et éducative en plus de l’accompagnement pédagogique. Un accompagnement pluridisciplinaire (orthophonie, psychomotricité, accompagnement éducatif, psychothérapie, ergothérapie) est souvent proposé.

En France, l’enfant et ses parents peuvent bénéficier de certaines prestations au sein d’établissements ou de structures médico-sociales (CAMSP, SESSAD, IME) et sanitaires (CMP, CMPP, Hôpital de jour).

 

Zoom sur les personnes atteintes du syndrome d’Asperger

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme sans déficience intellectuelle, ni retard de langage. De par leur façon de se comporter, les personnes Asperger sont souvent qualifiées de rigides et perfectionnistes puisqu’elles accordent une importance particulière aux détails qui peuvent échapper aux autres. Beaucoup d’entre elles ont des champs d’intérêt précis, qui sortent parfois de l’ordinaire et dans lesquels elles cumuleront des connaissances.

Leurs particularités sont notamment de :

  • Exceller dans un domaine précis, où elles feront souvent référence dans le milieu
  • Percevoir le monde avec un pragmatisme parfois déroutant
  • Développer des routines ou obsessions qui permettront, lorsque mises en place, une certaine réassurance

 

Pour en savoir plus

 

« Pour apprendre à aimer et tenter de guérir un enfant autiste, c’est beaucoup plus simple de l’imaginer comme un Petit Prince. J’apprendrai ton langage. J’entrerai dans ton silence. » 

Françoise Lefèvre