Prévenir est mère de sureté

Ça y est, on y est ENFIN, les grandes vacances 😎

Cette période de l’année rime souvent avec soleil, plage, farniente, déconnexion, balade en montagne, barbecue, apéro et soirées en tout genre. Que tu sois de la team des Juilletistes ou des Aoutiens, voici quelques conseils pour traverser l’été sans encombre. Car si la période estivale est synonyme de plaisir, elle n’est malheureusement pas sans risques.

 

Sortir couvert, ce n’est pas réservé qu’à « la chose » !

Je sais bien que tu veux rentrer de vacances la peau dorée et faire pâlir (ou rougir ^_^) d’envie tes collègues avec tes traces de maillots de bain (pour les moins pudiques) mais saches que les rayonnements ultraviolets constituent le danger n°1 sur la plage l’été. Contrairement aux idées reçues, la crème solaire ne suffit pas à protéger ta peau du soleil. Même la plus efficace des protections solaires (renouvelée toutes les deux heures bien sûr) ne filtre pas la totalité des UV. La meilleure solution reste donc de te couvrir : t-shirt sec, chapeau à bord large et paire de lunettes de soleil. Ta sieste en mono-kini ou mini slip de bain : tu oublies !

!!! Un indice 50 ne te protège pas des coups de soleils !!! L’indice des crèmes solaires compile un calcul comprenant la DEM (Dose Erythémale Minimale = plus faible dose d’UV nécessaire pour provoquer une rougeur de la peau) et le rapport entre la dose d’UV nécessaire pour obtenir un coup de soleil avec et sans la crème solaire.

Pour info : Un produit solaire indice de protection 2 n’arrête que 50 % des UV, un indice 15 en stoppe 93 %, un indice 50 en stoppe 98 %.

Pour en savoir plus je t’invite à aller faire un tour sur ce site : http://www.prevention-soleil.fr/.

 

Respirer un air… pur ?

Qui dit grosse chaleur dit aussi ozone/pollution, ce gaz irritant dont les propriétés oxydantes peuvent provoquer toux sèche et gêne respiratoire. Les populations les plus vulnérables sont les femmes enceintes, les nourrissons, les personnes âgées de plus de 65 ans, les asthmatiques, les insuffisants cardiaques ou respiratoires.

En cas d’épisode de pollution à l’ozone, le conseil le plus sûr est d’éviter les sorties l’après-midi ainsi que les activités physiques et sportives en plein air.

Pour connaitre la qualité de l’air de ton lieu de vacances : https://www.airparif.asso.fr/.

 

Comme un poisson dans l’eau

Pour profiter pleinement de l’eau cet été, un seul mot d’ordre : VIGILANCE. On déplore 1649 noyades en 2018 dont 600 mortelles. Et ces chiffres ne cessent d’augmenter d’années en années.

A la piscine, un indispensable : SURVEILLER EN PERMANENCE les enfants car une minute d’inattention peut être dramatique. Les noyades en piscine représentent près d’un quart des noyades accidentelles et concernent pour plus de la moitié des victimes en piscine des enfants de moins de 6 ans. Aucun dispositif de sécurité ne peut remplacer la vigilance d’un adulte. Et si vous êtes en groupe, 1 enfant = 1 adulte qui le surveille nominativement. Astuce : matérialise la responsabilité de la surveillance, par exemple avec une petite balle en mousse. Celui qui a la balle est celui responsable de la surveillance. Point.

En mer, les noyades accidentelles sont souvent le fait de problème de santé. Lors d’une baignade en mer, reste dans une zone de baignade surveillée. Renseigne-toi sur l’état de la mer et des courants, et tiens compte de ta condition physique et de ton état de santé avant de te lancer à l’eau ! Et là encore, surveille tes enfants de près et ne les laisse jamais sans surveillance.

Un peu moins d’un quart des noyades ont lieu en cours d’eau et plan d’eau mais présentent la plus forte proportion de décès. Ces dernières ont le plus souvent pour causes un problème de santé, une chute ou une consommation d’alcool. Ces noyades arrivent fréquemment en zone de baignade interdite ou non surveillée. Il faut donc toujours respecter les interdictions de baignade, et rester dans les zones surveillées. Et bien évidemment ne consomme pas d’alcool avant la baignade ou toute activité nautique !

Pour plus d’info, je t’invite à télécharger la brochure « Se baigner sans danger ! » de Santé Publique France.

 

Pour kiffer tes vacances, évite les excès

Je ne t’apprends rien quand je dis que l’abus d’alcool et/ou la consommation d’autres substances psychoactives augmentent fortement les risques sur la route et affectent ton libre-arbitre et ta capacité à dire non.

3 conseils à retenir cet été (et toute l’année d’ailleurs) :

  • Réduire la quantité totale d’alcool ;
  • Boire lentement, en mangeant et en alternant avec de l’eau ;
  • Éviter les lieux et les activités à risque.

Les boissons dites « énergisantes » associées à l’alcool ne font pas bon ménage et peuvent même générer chez certaines personnes des accidents cardiaques graves.

Cannabis, cocaïne, ecstasy ou héroïne sont à proscrire ! Pas besoin de tout ça pour faire la fête, tu es largement assez cool comme ça. Mais si tu devais franchir la ligne jaune, voici quelques règles à respecter :

  • Ne pas consommer plusieurs substances psychoactives en même temps ou successivement, y compris l’alcool : les mélanges multiplient les effets indésirables ;
  • En cas de consommation par les voies injectable, nasale ou fumée il est important de consommer dans des conditions les plus hygiéniques et sûres possibles. Des matériels de consommation prévus à cet effet sont mis à la disposition des usagers par des associations de réduction des risques et certains disponibles gratuitement en pharmacie.

Petit rappel tout de même sur les effets négatifs causés par ces substances : diminution de la vigilance, des réflexes et des capacités de mémoire, troubles des perceptions, somnolence, ivresse, forte angoisse, troubles de la mémoire, dépression, troubles du comportement, pathologies cardiovasculaires, maux de tête, nausées, hallucinations, fièvre importante ou trouble du rythme cardiaque pouvant entraîner la mort… RIEN QUE CA.

De plus, tu risques aussi des problèmes juridiques. Un petit rappel à la loi permet de mieux comprendre la gravité de la chose. L’usage de stupéfiants peut être puni à ce jour d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 3 750€. Proposer, même gratuitement, des stupéfiants, c’est jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000€ d’amende… voire même 7 ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende si cela s’est passé à proximité d’un établissement scolaire.

Que ce soit alcool, tabac ou drogue tu nuis à ta santé, mais pas que, tu mets aussi en danger celle d’autrui ! Alors ne conduit pas saoul, ni drogué ! Et n’oublie pas : celui qui conduit c’est celui qui ne boit pas !

Avec toutes ces précautions tu es prêt pour un été au top !

Enjoy your summer!